Welcome to jefferson state 2

La 1ere vdo servit par le crew Pow avait déja fait son effet il y a quelques temps: grosse bosses, gros punk et une bande de " joyeux drilles" qui n'ont pas l'air de s'ennuyer dans la vie. La suite des aventures de nos compagnons ne pouvait être donc qu'une bonne cuvée.  Ils ont le potentiel.
Comme prévu, le menu est à la hauteur des plus grandes espérances. On retrouve nos cuisiniers californiens (Marcus O'brien, Jeremy Kaiser, Aaron Day) qui accueillent des hotes de marque: Cory Walters (Midget) et GJ (personnage fort intéressant). Tout un programme.
C'est Cory Walters qui débarque le premier dans le saloon. Le jeune homme n'est pas là pour vendre du muguet (comme dirait l'autre). Il est juste venu nous gifler ses 3.6 de Satan à la gueule. Carré jaune: scène d'une rare violence.
Le deuxième larron est le local Marcus Obrien. Il a l'air d'un jeune homme bien sympathique dans la vie, pas l'air de se prendre la tête. En vélo idem, ce gaçon a l'amour des choses simples: ça va haut,  vite et smooth.  Les fines bouches diront qu'il y a seulement 2 images de Eastside; on aurait bien reprit du rab mais une jambe cassée en a décidé autrement. "Y foutent plus rien les gars d'aujourd'hui en cuisine ".
Troisième de la fournée:  Aaron Day. Lui aussi est du coin (Norcal), c'est donc la recette du terroir qu'il cuisine: hauteur, vitesse et flow sont les 3 mamelles de chez eux. (Inutile, à ce stade, de préciser que tous les plats sont acompagnés de leur palette de tricks bien assaisonnés).
Attention! voila GJ.;  cachez les femmes et les enfants! Ce type cuisine à la tronçonneuse. Un bain de sang: riding de fou furieux, spot secret-mythique en terre blanche, et visite en Australie chez tonton Jared. La boucle est bouclée.  Ajouté à cela une dose de bonnes blagues et vous obtenez un héros national. GJ president!
Pour ramener le calme dans les chaumières, le maitre de cérémonie présente la dernière réception de Mr l'Ambassadeur: la Pow jam. L'ambiance y est chaleureuse: on trinque au shotgun (yeah mec!) , on montre sa bite, ça rigole..le champagne Bush coule à flot, cuvée 3 étoiles. Tout se passe pour le mieux dans le meilleur des mondes possible quand déboule Jérémy Kaiser. La cerise sur le gateau prend tout à coup l'odeur du rot à la saucisse. 20 secondes de riding et le sol tremble sous vos pieds. Un sanglier, Jérémy K a vidé le saloon a lui tout seul. On ressort de là en sueur, content d'étre encore en vie (comme lui je pense).
La Vidéodigestion n'est pas des plus faciles. Il y a beaucoup d'images taumatisantes. Vu le nombre de bières et de bites à l'écran, (entrecoupés de quelques 3.6 ), on se dit que ces jeunes campagnards tranquilles ont bien retenu les leçons de l'ecole FBM. L'esprit des années 1990 sur des bosses d'aujourd'hui, c'est ça la cuisine moderne..
trailer:
Plus de renseignements : http://powsbmx.com/

Commander / Add to cart
Prix / Price :13€
Quantité / Quantity :
Hébergement/Webmaster tty11.com
© BanosDistro; Conception graphique et éditoriale : La Bobine